L'histoire

Après avoir passé dix ans à jongler entre mon agence de communication digitale et les obligations liées à mes enfants, je me suis résolue à prendre l’air.

 

Loin des open space et des écrans, mes voyages m’ont mené du Mozambique en Erythrée, de Jamaïque en Birmanie.

Sur une plage des Iles Dahlak en Erythrée, une femme de la tribu Afar m’a tendu ses bijoux réalisés à base de coquillages. Dans le désert qui borde Massawa, je suis tombée en arrêt devant les bijoux tissés de perles par les femmes d’une tribu nomade. Au Mozambique, une Suissesse ayant largué la vue sur le lac Léman, m’a confié : « Ici, si tu oeuvres de tes mains avec patience et dévotion, tout est possible ». Elle créé et fabrique ses bijoux avec des artisans locaux.

 

Gestes millimétrés, bruit, odeur, la scène m’a ramenée trente ans en arrière quand ma mère, couturière, confectionnait des robes de taffetas, de soie, embellies de broderies et de dentelles, parfois ornées de perles et exposées dans notre salon, le temps qu’elle les livre elle-même à Paris. Quand je l’accompagnais dans les ateliers de haute couture, j’ouvrais grand mes yeux de petite fille sur le travail des modélistes, coupeuses, couturières donnant forme et vie aux étoffes. Nous filions ensuite à Barbès dans le magasin Tati où nous coudoyons les femmes africaines en boubous à la recherche de fanfreluches bon marché. Mon souvenir a toujours associé la simplicité de ces femmes et mon goût du bel ouvrage. Il me souffle que les belles choses n’échappent jamais complètement aux petites mains qui leur donnent vie.

Le déclic m’est venu en Croatie. Mes parents en sont originaires et j’y passe tous mes étés. En me promenant dans les ruelles de Sibenik, je rencontre une créatrice qui dessine et fabrique des vêtements inspirés de la tradition croate: ils sont en toiles de lin épaisses et broderies utilisées traditionnellement pour des nappes. La magie de la confection qui a bercé mon enfance est là. Puis je croise à Split la styliste française Emilie Renard. Dans ses petits ateliers, elle créé des collections intimistes avec vue sur l'Adriatique. Elle est l’exemple qu’il me fallait. C’est décidé, je me lance.

L'esprit

L’histoire de la boutique a commencé au fil des voyages et des rencontres avec des créateurs qui ont en commun l’amour du « fait main ». Les inspirations viennent d’ailleurs. Elles sont aussi françaises, dénichées dans des ateliers lors de flâneries entre Paris et Biarritz.

 

La beauté dans les matières brutes, les lignes simples, les fabrications artisanales et éthiques, le mélange du chic et décontracté qui concourt  à l’élégance du style, insufflent l’esprit de nos collections.

 

La boutique a un faible pour les bijoux. Qu’ils soient de simples cordons tressés, tissés de perles ou plus sophistiqués, tous racontent une histoire. Liés à des émotions, des voyages, des souvenirs, ils demeurent intemporels, se transmettent de mère en fille, revêtent une belle patine lorsqu’ils traversent le temps et les modes.

Nous collaborons avec des créateurs mais nous proposons également des gammes de bijoux et d’accessoires plus accessibles qui collent à l’esprit bohème et tendance de la boutique. Des petites collections de mode et d’accessoires viennent compléter le vestiaire coloré et rock.

 

Nous souhaitions présenter le travail d’artistes qui capturent l’essence de ces multiples horizons. A l’honneur, les portraits d’Eric Lafforgue aux incroyables contrastes et nuances de couleurs témoignent de la beauté des cultures lointaines,

 

Le showroom toulousain a ouvert ses portes en mai 2018 et présente l'ensemble de nos collections.

Showroom : 6, rue Riquet 31000 Toulouse

  • The boho society - instagram
  • The boho society facebook
  • The boho society - pinterest

© 2019 La créa multimedia